déchets

Certaines personnes continuent de brûler leurs déchets verts à l’air libre, une pratique qui est rappelons-le, strictement interdite à cause des conséquences nocives que cela peut avoir sur la santé. Voici notamment tout ce qu’il faut savoir concernant le ramassage et le brulage des déchets verts.

Pourquoi éviter de brûler les déchets verts à l’air libre ?

compostOn réalise chaque mois de petits travaux de débroussaillage, de tonte et autres traitements de résidus végétaux, de feuilles mortes et de branchages. Autrefois, les déchets verts pouvaient être brûlés sur place et les cendres utilisés pour enrichir le sol du jardin ou du potager en éléments nutritifs, mais cette pratique est désormais interdite. Il semblerait en effet que le brûlage des déchets organiques se révèle nocif pour la qualité de l’air et pour la santé. Outre les odeurs et les fumées qui risquent de gêner le voisinage, il faut compter avec les risques d’incendie, surtout pendant les périodes estivales.

Les questions écologiques viennent notamment trancher sur le sujet, car il parait clair que le brûlage des déchets verts contribue à l’augmentation de la pollution atmosphérique. Lorsque les déchets organiques tels que les fleurs fanées, les branchages, les mauvaises herbes et autres épluchures de légumes et de fruits sont ramassés et brûlés en un tas dans le jardin, cela dégage une émission élevée de substances polluantes (gaz et particules) qui sont nocives pour la santé. Les études récentes énoncent d’ailleurs que la pollution particulaire entre en cause dans la baisse d’espérance de vie des hommes. Le Centre de Recherche sur le Cancer (CIRC) renforce cette thèse en rappelant que la pollution de l’air extérieur est cancérigène.

A qui confier le brûlage des déchets verts ?

Il existe diverses solutions qui permettent de traiter efficacement les déchets verts, que cela concerne leur tri, leur ramassage ou leur brûlage. Divers centres dédiés disposent notamment d’incinérateurs de déchets verts et peuvent également se charger de leur tri et de leur ramassage. L’autre solution est le compostage des déchets organiques issus de la tonte des pelouses et des haies, de la coupe ou d’élagages d’arbres, de débroussaillage et autres pratiques similaires.

Pour ceux qui s’acharnent à brûler leurs déchets verts au lieu de les confier à des déchèteries, il faut savoir qu’ils encourent des amendes allant jusqu’à 450 €. Cela s’explique par le fait qu’un traitement à l’air libre des déchets vers va générer des substances polluantes qui vont nuire à la qualité de l’air extérieur, surtout s’ils sont associés à des déchets ménagers comme les plastiques et les papiers souillés. Pour en revenir au compostage, c’est une technique qui consiste à transformer les déchets verts en composts : mauvaises herbes, cafés et orties, restes de tontes de gazon et autres branchages. Il convient tout de même de rappeler que les journaux et les papiers d’emballage, les herbes de la première tonte et les adventices montées à graines du compost sont à éviter, car ils risquent de nuire à la qualité du compost. Comme il existe actuellement différents types de tutos pour le compostage sur le web, il sera facile de réaliser des composts de bonne qualité.