trafic

Beaucoup d’entre nous pensent que l’industrie automobile et l’écologie seraient une alliance irréalisable. À maintes reprises, les constructeurs automobiles étaient pointés du doigt. On leur reprochait de fournir à la population une arme de destruction massive : les voitures. Eh oui ! Bien qu’ils soient indispensables, les véhicules sont à l’origine de la pollution. Aucun modèle ni marque n’est d’ailleurs épargné. Soucieuses de l’avenir de la génération future, plusieurs entreprises de construction automobile ont préféré s’orienter vers de nouvelles techniques en faveur de la dépollution. Il faut d’ailleurs savoir que les normes européennes sont de plus en plus exigeantes.

Qu’est-ce que la dépollution par traitement au plasma ?

Le traitement au plasma est une technologie révolutionnaire créée par le groupe Siemens. Plus concrètement, il a été mis en point conjointement par les marques automobiles Renault et Peugeot. Il a été expressément pensé pour les voitures Diesel qui ne pouvaient bénéficier du traitement à l’ammoniaque. Ce dernier s’adaptait uniquement aux camions. Pour information, le plasma et l’ammoniaque sont tous deux des catalyseurs obtenus par hydrolyse de l’urée. S’ils sont autant appréciés dans l’univers de l’industrie automobile, c’est parce que ce sont d’excellents agents réducteurs. La preuve, l’émission de polluants atmosphériques est nettement inférieure.

Le principe de fonctionnement du traitement au plasma est plus ou moins simple (en tout cas pour ceux qui s’y connaissent). Le gaz d’échappement est mis en contact avec le plasma dont les rôles consistent à oxyder les composés carbonés et à réduire les dioxydes d’azote. L’on obtient alors du dioxyde de carbone, de l’eau ainsi que de l’azote. Pour que le processus aboutisse, il est impératif que le catalyseur soit associé à des électrodes. Cela provoque une décharge électrique lors du passage du gaz dans le pot d’échappement. L’influx électrique ne dure que quelques secondes, mais le résultat est bel et bien concret : les gaz d’échappement émettent moins d’oxydes. En d’autres termes, ils sont beaucoup moins polluants. Le seul inconvénient avec cette technique réside dans le fait que le développement des prototypes requiert beaucoup de temps, soit plusieurs années.

La dépollution par traitement au plasma, une solution d’avenir pour l’éconologie

En ce moment, les recherches sur le traitement au plasma vont bon train. En effet, Peugeot et Renault ne sont plus les seules marques à expérimenter cette nouvelle technologie. Des sources fiables affirment que l’équipementier automobile Delphi travaille également sur la conception d’un pot catalytique qui conviendrait autant aux moteurs Diesel que ceux à essence. L’émergence d’un nouveau modèle conçu par les Japonais pourrait également relancer la concurrence sur le marché automobile. Ces derniers aspirent à réaliser un système de dépollution sans catalyseur au plasma. L’objectif étant de réduire l’émission de gaz carbonique à moins de 20 %. Les constructeurs automobiles japonais seraient donc les premiers à oser relever un tel défi. Quoi qu’il en soit, grâce au traitement au plasma, les automobilistes et les piétons peuvent espérer une amélioration significative des systèmes de dépollution, et ce, dans les 10 prochaines années. L’industrie automobile s’inscrit progressivement dans une démarche de développement durable.